PCF Vigneux-sur-Seine

PCF  Vigneux-sur-Seine
Accueil
 
 
 
 

Hôpital de Corbeil : les opposants au parking payant obtiennent un délai

Paru dans le Parisien du 24/10/2015

Corbeil-Essonnes, ce vendredi. Pour se faire entendre, élus de gauche et syndicats ont donné de la voix dans l’enceinte du centre hospitalier sud-francilien. (LP/Florian Garcia.)

C’est une première victoire pour les opposants aux parkings payants du centre hospitalier sud-francilien (CHSF). La mesure tant contestée, annoncée pour le 1er novembre, a finalement été reportée à une date qui n’a pas été précisée.

Une décision prise dans la hâte, ce vendredi, lors d’un conseil de surveillance de l’établissement auquel se sont invités près de 150 manifestants.

Ils ont donné de la voix mais ils ne sont pas rentrés. Confinés dans un hall du deuxième étage de l’hôpital, à seulement quelques mètres de la salle où s’est réuni le conseil de surveillance, élus de gauche et syndicalistes FO, Sud Santé et CGT ont joué des coudes pour se faire entendre. « Aucune délégation supplémentaire n’a été autorisée à entrer », regrette Catherine Fayet, représentante syndicale Sud Santé. « Il a fallu taper du poing sur la table mais nous avons pu exposer nos arguments, reprend-elle. Nous avons fait le compte, le coût du stationnement va revenir très cher aux patients car cela peut atteindre 12 € par jour ».

Le personnel redoute l’agressivité suscitée par le cumul attente et parking payant

Autre crainte, le personnel redoute un regain d’agressivité des patients en salle d’attente. « Imaginez quelqu’un qui n’est pas pris en charge tout de suite et qui voit l’heure défiler. C’est le personnel qui devra gérer toutes ces situations », dénonce la représentante syndicale.

Pour sa part, le président du conseil de surveillance et maire d’Evry, Francis Chouat, balaie d’un revers la question de la gratuité. « Il ne s’agit pas de savoir si les parkings de l’hôpital deviendront gratuits. Comme je l’ai proposé, la date a été repoussée afin qu’une tarification plus équitable soit trouvée », précise-t-il. Dès lors, une personne qui se rendrait aux urgences ou qui viendrait rendre visite à quelqu’un d’hospitalisé ne paierait pas le même tarif qu’un patient se trouvant dans l’obligation de se rendre au CHSF pour des soins tels que la dialyse par exemple.

Une autre question, concernant l’accueil des patients en psychiatrie, a été abordée lors du conseil de surveillance. Après le tragique fait divers de début de semaine, lorsqu’un patient a agressé plusieurs soignants avant d’être tué par une policière en pleine rue, les représentants de l’Agence régionale de santé ont assuré aux syndicats qu’ils feraient « remonter » leurs doléances à l’ARS régionale. Parmi ces demandes figure l’embauche de soignants supplémentaires.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.